Bilan minceur gratuit

Noël : quel choix de viande pour une consommation plus durable ?

Noël : quel choix de viande pour une consommation plus durable ?

Le top des recettes en vidéo

Les choix que l'on fait au niveau de notre alimentation ont un impact considérable sur la pollution et le réchauffement de notre planète. Il est donc crucial d'en prendre conscience et de consommer de façon plus durable, notamment au moment de Noël.


La viande d’élevage est très polluante, elle représente environ 15% des émissions de gaz à effet de serre et participe ainsi au réchauffement climatique. Si réduire notre consommation de viande est donc un bon moyen de freiner la hausse des températures et sauvegarder notre planète, il peut parfois être difficile de s’en passer. C’est pourquoi, nous vous donnons quelques pistes pour un Noël plus responsable, tout en se faisant plaisir !

Ces volailles de Noël qui ont le moins d'impact carbone


Selon plusieurs études comme les rapports de l’Organisation des Nations unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO), certaines viandes sont moins polluantes que d’autres et n’ont pas le même impact carbone. Le poulet et le lapin sont les viandes ayant le moins d’impact carbone avec 6,9 kg de gaz à effet de serre produit pour chaque kilo de poulet, ce qui représente 8% des émissions de CO2 pour les animaux d’élevage. Quant au lapin, il ne représente que 4,4 kg de gaz à effet de serre soit 6 fois moins que la viande bovine. 

Les viandes blanches, dont surtout les volailles, produisent-elles aussi peu de gaz à effet de serre (GES) ; environ 10,9 kg de CO2 par kilo de viande produite. C’est donc un très bon choix pour vos repas de fêtes de fin d’année ! Si vous ne pouvez pas vous passer de viande rouge à Noël, optez pour le canard. Classé comme volaille, certaines parties présentent pourtant des similitudes avec la viande rouge. Un bon compromis pour se faire plaisir, beaucoup moins polluant que le boeuf ! 

Les viandes à éviter pour un Noël à faible impact carbone


Bien qu’appréciées à Noël, certaines viandes dégagent d’importantes émissions de gaz à effet de serre. L’agneau est la viande dégageant le taux le plus élevée de CO2 avec 39 kg de GES par kilo de viande produite, suivie de la viande bovine avec 27 kg de GES, soit 41% des émissions dues à l’élevage de bétail. La viande de porc est aussi nocive pour notre planète avec 12,1 kg de GES. Si la consommation de viande n’est pas une bonne chose pour notre planète, cela s’explique par la production de viande gourmande en eau et en céréales, mais aussi par la déforestation et le transport de la viande. Cela pourrait faire sourire, mais la fermentation entérique (les rots) représente 44% des émissions de CO2 mondiales chaque année.   

Délaissez la viande pour d'autres protéines


Pour un Noël vraiment plus responsable, oubliez la viande et optez pour les protéines des animaux marins, comme les poissons ou coquillages dont l’empreinte carbone est bien plus basse que celle de toutes les viandes. Testez par exemple notre risotto aux noix de Saint-Jacques ou notre saumon feuilleté de Noël. Vous pouvez aussi vous diriger vers des protéines végétales : la spiruline, le soja, les graines de chanvre ou encore les lentilles ou les noix.

Vous savez maintenant qu'il est tout à fait possible de passer un repas de Noël durable, en prêtant attention à l'impact carbone qu'on a sur notre planète. Veillez donc à choisir votre viande selon votre conscience écologique ou passez-vous en le temps d'un repas, qui sera certainement aussi très savoureux.